Crash du Concorde: la loi de Murphy...................Accident du Concorde F-BTSC
  Accueil | Synthèse & Analyse | Journal de Bord | Ce que dit le rapport d'Expertise | Transcription CVR | Programme & Développement | Particularités | Forum |


La loi de Murphy


« Si quelque chose peut mal tourner, alors ça tournera mal. »



De 1947 à 1949 aux États-Unis d'Amérique, fut conduit le projet MX981 à la Base Muroc de l'US Air Force, plus tard rebaptisée base Edwards. Le but du projet était de tester la tolérance humaine à la décélération. Les tests utilisaient un chariot propulsé par une fusée et monté sur un rail, avec une série de freins hydrauliques en fin de parcours.

Les premiers tests utilisaient un mannequin, attaché à un siège sur le chariot, mais le mannequin fut bientôt remplacé par le capitaine John Paul Stapp. Pendant ces tests surgirent des questions sur la précision de l'instrumentation utilisée pour mesurer la décélération endurée par le capitaine Stapp. Edward Murphy proposa d'utiliser des jauges électroniques de mesure d'efforts attachées aux pinces de retenue du harnais du capitaine Stapp, pour mesurer les forces exercées sur chacune de ces pinces durant la rapide décélération. L'assistant de Murphy câbla le harnais et un test fut réalisé avec un chimpanzé.

Cependant, les capteurs indiquèrent une force nulle. Il apparut que les capteurs (transducteurs) avaient été montés à l'envers. « S'il y a plusieurs façons de faire quelque chose, et que l'une d'elles peut aboutir à une catastrophe, alors quelqu'un la choisira! » s'écria Murphy. Le gestionnaire du projet Northrupp a capté cette remarque et l'a baptisée la « loi de Murphy ». Il l'a par la suite reformulée :
« Si quelque chose peut mal tourner, alors ça tournera mal. »

La loi de Murphy est à l'origine du concept de « defensive design » (conception/ergonomie de sûreté, « sécuritaire » dans le sens canadien du terme) qui préconise de concevoir les objets pour qu'ils présentent la plus faible probabilité de mauvaise utilisation (par l'ajout de détrompeur par exemple).

Par exemple, les disquettes 13 cm (5″¼) carrées avaient été prévues pour être insérées recto ou verso mais toujours dans la même orientation, et lorsqu'elles étaient insérées en sens inverse, elles ont souvent été détruites. À l'inverse, la conception des disquettes 9 cm (3″½) a suivi une conception défensive ; munies de détrompeurs, elles ne peuvent généralement être insérées que dans un unique sens.

Ce principe, qui découle de la loi de Murphy, est souvent appliqué dans de nombreux domaines (aérospatiale, conception de jouets pour enfants, industrie automobile et même logiciels), sous différentes appellations.

La loi de Murphy n'est alors ni plus ni moins qu'une formulation du principe de précaution.
(Avec Wikipédia)





[






Copyright © En perspective - 2005 // Concept: Cool Hand