Crash du Concorde: la loi de Murphy...................Accident du Concorde F-BTSC
  Accueil | Synthèse & Analyse | Journal de Bord | Ce que dit le rapport d'Expertise | Transcription CVR | Programme & Développement | Particularités | Forum |

Dernière mise à jour : le 4 juillet 2008
Le Journal de Bord


Nous vous proposons de regrouper ici même,
toutes les informations concernant l'enquête sur le crash du Concorde
survenu le 25 juillet 2000 à Gonesse:


4 Juillet 2008 : Crash du Concorde: procès pour Continental Airlines et cinq personnes - Huit ans après la catastrophe du Concorde qui avait fait 113 morts le 25 juillet 2000 à Gonesse (Val d'Oise), cinq personnes, ainsi que la compagnie aérienne américaine Continental Airlines, ont été renvoyées mercredi devant le tribunal correctionnel de Pontoise pour "homicides et blessures involontaires", a-t-on appris jeudi de source judiciaire.
Outre la compagnie, un chaudronnier de Continental, John Taylor, 40 ans, sous le coup d'un mandat d'arrêt international depuis le 30 août 2005, et Stanley Ford, 69 ans, chef de l'équipe au sein de laquelle travaillait M. Taylor, sont renvoyés en correctionnelle, annonce le parquet de Pontoise dans un communiqué.
Trois Français sont également visés par l'ordonnance de renvoi: Henri Perrier, 79 ans, directeur du programme Concorde de 1978 à 1994, Claude Frantzen, 71 ans, ex-responsable du programme à la Direction générale de l'aviation civile (DGAC) et Jacques Hérubel, 72 ans, ingénieur en chef Concorde au sein d'Aérospatiale de 1993 à 1995. Le document est globalement conforme aux réquisitions du parquet de Pontoise, à l'exception de Jacques Hérubel, pour qui un non-lieu avait été demandé en février. (source : La Presse Canadienne)

13 mars 2008 : le parquet relève une succession de fautes - La première cause de l'accident du Concorde" en juillet 2000 dans le Val d'Oise est "la perte" d'une lamelle en titane d'un DC-10 de la compagnie américaine Continental Airlines sur le tarmac, selon le réquisitoire écrit du parquet de Pontoise. (source: nouvelobs)

12 mars 2008 : Procès probable pour Continental Airlines - Le procureur de la République de Pontoise a requis le renvoi en correctionnelle de la compagnie et de quatre personnes pour homicide involontaire, dans l'affaire de l'accident du Concorde en juillet 2000. Le procès pourrait avoir lieu fin 2008 ou début 2009. (source : nouvelobs)

9 décembre 2007: fin de l'enquête: le juge d'instruction en charge de l'enquête sur le crash du Concorde qui avait fait 113 morts en juillet 2000 dans le Val-d'Oise a notifié le 27 novembre la fin de son instruction, a-t-on appris vendredi de sources judiciaires. Les mises en examen pour "homicides involontaires" d'un responsable de la DGAC, de deux anciens cadres d'Aérospatiale ainsi que de la compagnie Continental Airlines avaient été validées en septembre 2006 par la Cour de cassation. (sorce: nouvelobs)

18 novembre 2006 : Quelque 150 personnes ont assisté samedi à l'inauguration d'une stèle à la mémoire des 113 victimes de l'accident d'un Concorde d'Air France, le 25 juillet 2000 à Gonesse.

13 novembre 2006: Concorde : nouvelle mise en examen : Dans le cadre de l'instruction pénale relative à l'accident du Concorde Air France, qui s'est écrasé à Gonesse en Juillet 2000, un second technicien de Continental Airlines vient d'être mis en examen, à l'issue de son audition du 7 Novembre dernier, par la Juge d'Instruction de Pontoise en charge du dossier. Il s'agit du chef d'équipe de maintenance en ligne, qui était en fonction lors de la pose de la pièce défaillante du DC 10 de Continental. (source: EuroCockpit.com)

22 septembre 2006: La chambre criminelle de la Cour de cassation avalidé mercredi la procédure sur le crash du Concorde qui avait fait 113 morts en juillet 2000 à Gonesse (Val-d'Oise), confirmant les mises en examen d'un responsable de la DGAC, de deux anciens cadres d'Aérospatiale ainsi que de la compagnie Continental Airlines, a-t-on appris auprès de la Cour. La Cour de cassation a rejeté le pourvoi formé par les personnesmises en examen contre un arrêt de la cour d'appel de Versailles du 5 mai dernier. Lire la suite

5 mai 2006: Crash du Concorde: 2 mises en examen annulées : La cour d'appel de Versailles a annulé vendredi 2 des 5 mises en examen d'anciens cadres français. Ils étaient poursuivis dans le dossier du crash d'un Concorde d'Air France qui, le 25/07/2000, avait fait 113 morts à Gonesse (Val d'Oise). La chambre annule les mises en examen de Laurent Thillaye du Boullaye, chef du bureau de la certification à la Direction générale de l'aviation civile DGAC et Xavier Champion, chargé de la certification

21 octobre 2005: Encore une nouvelle mise en examen - Après EADS, c'est au tour de la DGAC : un ancien ingénieur a été mis en examen hier soir par le juge d'instruction pour homicides et blessures involontaires. Son identité n'a pas été communiquée par les médias français. Le problème est traiter autrement à l'étranger.

19 octobre 2005: Nouvelle mise en examen - Un ancien ingénieur de l'Aérospatiale (aujourd'hui EADS) Jacques Herubel a été mis en examen mardi pour "homicides et blessures involontaires" dans le cadre de l'enquête sur l'accident du Concorde qui fit 113 morts en juillet 2000, a-t-on appris mercredi de sources judiciaires. Cette nouvelle mise en examen intervient après celles de Henri Perrier, directeur du programme "Concorde" dans les années 80 et jusqu'au début des années 90, et de la compagnie aérienne américaine Continental Airlines en mars dernier, pour les mêmes chefs d'accusation.

05 octobre 2005: Concorde : peut-être pas si "incompréhensible" ?... - Le site EuroCockpit.com publie ce jour un article faisant suite à l'éditorial du redacteur en chef d'air & cosmos au sujet de la mise en examen d'Henri Perrier.

01 octobre 2005: Nous vous proposons de découvrir l'éditorial du rédacteur en chef du magazine spécialisé
"air & cosmos" publié dans l'édition N° 1999 du 30 septembre 2005, en réaction à la mise en examen de Henri Petit.

30 septembre 2005: Concorde: un deuxième ex cadre d'Aérospatiale entendu comme témoin assisté - Un deuxième ancien ingénieur d'Aérospatiale a été entendu vendredi comme témoin assisté dans le dossier du crash du Concorde, après la mise en examen lundi de l'ancien directeur du programme Concorde du constructeur de l'avion, a-t-on appris de source proche du dossier. Voir l'info en ligne.

29 septembre 2005: Un ingénieur entendu comme témoin - Deux jours après la mise en examen du directeur de programme du constructeur de l'avion du Concorde, un ex ingénieur a été entendu comme témoin mercredi à Cergy. Voir l'info en ligne.

27 septembre 2005: Crash du Concorde : première mise en examen en France - Un ancien cadre d'Aérospatiale, Henri Perrier, directeur du programme Concorde de 1978 à 1994, est mis en examen pour homicides et blessures involontaires. Henri Perrier, ingénieur, est une personnalité marquante du projet Concorde. Il participa au premier vol en mars 1969 en tant qu'ingénieur navigant et fut chef des essais en vol de 1979 à 1989, avant d'être directeur du programme. Sa connaissance du dossier l'a même amené à être consulté dans l'enquête administrative sur l'accident de Gonesse (Val d'Oise) en juillet 2000.
Trois autres anciens cadres d'Aérospatiale doivent être entendus par le juge d'instruction, les 28 et 30 septembre et 18 octobre. Trois anciens responsables de la Direction générale de l'aviation civile (DGAC), également mise en cause dans le rapport d'experts, seront entendus les 20, 25 et 27 octobre. Voir l'info en ligne.

31 août 2005: Concorde: 3 ex-responsables de la DGAC et 4 d'Aérospatiale convoqués - Trois ex-responsables de la DGAC et quatre ex-cadres d'Aerospatiale ont été convoqués par le juge chargé de l'enquête sur le crash du Concorde pour un interrogatoire de première comparution, a indiqué mercredi après un entretien avec le juge un avocat de parties civiles. Voir l'info en ligne.
Concorde: mandat d'arrêt requis contre un employé américain de Continental
Le parquet de Pontoise a requis mardi, sur demande du juge chargé de l'enquête sur le crash du Concorde d'Air France en 2000, un mandat d'arrêt international contre un employé américain de la Continental Airlines ne s'étant pas présenté à une convocation, a-t-on appris mercredi de source judiciaire. Voir l'info en ligne.

25 août 2005: Un complément d'expertise dans l'enquête sur le crash du Concorde mettrait en évidence des responsabilités françaises (source: France 3)
Ce rapport pourrait déboucher sur de nouvelles mises en examen, notamment de responsables du groupe d'aéronautique et de défense EADS et de la Direction générale de l'aviation civile (DGAC), selon "Valeurs actuelles". "Exploitants, autorités et constructeurs" seraient accusés d'avoir "failli" à la mise en place d'un système de report d'incidents. Le magistrat instructeur a convoqué les parties civiles le 31 août pour faire le point de l'instruction et leur annoncer ses intentions. Des mises en examen pour "homicides involontaires" pourraient être prononcées. "Ensemble, exploitants, autorités et constructeurs ont failli sur le point de mettre en place un système de report d'incidents et donc de 'retour d'expérience efficace'", lit-on dans un extrait du rapport. "Pourtant, en plus, de la nécessité réglementaire d'un tel système véritablement opérationnel (...) une coordination de ce type aurait été collégialement souhaitée par tous les intervenants", poursuit le texte. [...]

24 juillet 2005: Concorde : 5 ans déjà - Alors qu'il est communément admis que la lamelle de titane provenant du DC10 de Continental Airlines pourrait être l'une des causes immédiates de l'accident du Concorde survenu il y a 5 ans, on apprend que la rentrée pourrait être mouvementée sur le plan judiciaire. La suite sur EuroCockpit.com

23 juillet 2005: Dépêche laconique de l'AFP: Crash du Concorde: le champ des responsabilités prend forme - Cinq ans après le crash du Concorde, le champ des responsabilités prend forme avec la mise en examen en mars de la Continental Airlines, alors que la justice s'intéresse à d'éventuelles fautes ou négligences des pouvoirs publics et du constructeur du supersonique.

23 juillet 2005: La chasse aux FOD version hi-tech est ouverte: Vancouver (CYVR) est le premier aéroport du monde à commander le système Tarsier pour réduire le risque de dégâts causés par des pièces ou des débris "abandonnés" sur une piste. Le Tarsier est capable de repérer des objets de 5 cm dans n'importe quelle situation (source: EuroCockpit.com).

1 juillet 2005: Nous publions ce jour, un article très intéressant publié dans le magazine "Valleurs Actuelles" du 15 avril 2005. A notre connaissance, il s'agit du seul article de presse (tous médias confondus) à aborder de façon aussi précises les questions que nous nous posons. L'article traite certain point que nous avons vu dans notre synthèse, mais en soulève d'autres. Visiblement, le journaliste est bien informé puisqu'il semble citer des extraits du rapport d'expertise qu'a rendu le collège d'Experts désignés par les magistrats chargés de l'enquête.

29 juin 2005: Concorde: les choix d'Aérospatiale avant le crash étudiés par le juge: Le juge chargé de l'enquête sur le crash du Concorde a diligenté une expertise pour expliquer pourquoi le constructeur du supersonique n'avait pas adopté avant l'accident des solutions qui existaient pour renforcer l'avion, a-t-on appris mercredi de source proche du dossier (source: AFP)

29 juin 2005: L'employé de Continental Airlines qui n'a pas répondu à une convocation dans l'instruction sur le crash du Concorde le 17 juin ne sera pas reconvoqué et pourrait faire l'objet d'un mandat d'arrêt s'il ne se présentait pas spontanément, selon des sources judiciaires.
Le mandat d'arrêt ayant valeur de mise en examen, il serait mis en examen pour "blessures et homicides involontaires", selon les mêmes sources.
Le 17 juin, John Taylor - le chaudronnier ayant monté sur un DC-10 de Continental la lamelle qui, tombée sur la piste, a joué un rôle déterminant dans le crash selon le rapport d'enquête - ne s'est pas présenté à une convocation du juge d'instruction Christophe Régnard pour un "interrogatoire de première comparution en vue de sa mise en examen".
M. Taylor devra s'expliquer sur cette absence et "justifier d'une raison impérieuse" pour ne pas s'être déplacé, selon les mêmes sources.
Le 16 juin, le chef mécanicien de Continental Airlines Stanley Ford, qui avait entrepris et supervisé le montage de la lamelle, a été entendu comme "témoin assisté".
Selon le rapport final sur le crash, les deux hommes n'auraient pas respecté, lors du remplacement de la lamelle, les "règles de la chaudronnerie aéronautique".
En mars, Continental Airlines a été mise en examen pour "homicides et blessures involontaires" et le vice-président du service technique de la compagnie, Ken Burt, a été entendu comme "témoin assisté".
Continental Airlines a toujours rejeté toute responsabilité dans cet accident qui a coûté la vie à 113 personnes le 25 juillet 2000 à Gonesse, dans le Val d'Oise. (source: AFP - voir l'article en ligne)

18 juin 2005: Stanley Ford, chef mécanicien de Continental Airlines a été entendu cette semaine comme "témoin assisté" dans l'enquête sur le crash du Concorde survenu le 25 juillet 2000 à Gonesse.
Monsieur Ford est la personne qui a supervisé le montage de la fameuse lamelle d'un DC-10 de Continentale Airlines et qui est tombé sur la piste, jouant un rôle majeur dans le crash du supersonique.
Un second employé de Continental Airlines (un controleur qualité) qui devait être entendu vendredi par le juge Christophe Régnard à Cergy dans le cadre de l'instruction, ne s'est pas présenté et devrait être reconvoqué cet été, a-t-on appris de source judiciaire. (source: France 3)

14 mai 2005: Il se murmurait que le dossier de l'accident de Gonesse du 25 juillet 2000 arrivait dans une phase délicate pour certains, France3 ayant même laissé entendre récemment que le constructeur était montré du doigt. Le juge d'instruction et le procureur adjoint en charge du dossier viennent d'être promus (et mutés), ce qui va donner un coup de frein brutal à la suite de l'instruction selon les parties civiles. (source: EuroCockpit.com)

12 mai 2005: Selon une dépêche AFP de ce jour, les auditions reportées en février dernier des deux employés de la Continental Airlines par le juge de Pontoise en charge de l'enquête sur le crash du Concorde auront lieu les 16 et 17 juin. Responsables de la maintenance du DC-10 dont une lamelle, perdue sur la piste, a été partiellement à l'origine du drame de juillet 2000, les deux hommes, de nationalité américaine, sont convoqués par le juge d'instruction Christophe Régnard pour "un interrogatoire de première comparution en vue de leur mise en examen". Selon une source proche du dossier, il s'agit du "chaudronnier qui a monté la lamelle" et du "contrôleur de qualité".










Copyright © En perspective - 2005 // Concept: Cool Hand